Haut Moyen Âge : société et alimentation paysanne

Le Haut Moyen Âge est une convention de l’historiographie européenne qui fait référence à la période comprise entre la chute de l’Empire romain d’Occident et l’an 1000. C’est une période de près de 500 ans d’histoire, de grands changements démographiques et culturels, souvent dramatiques, et qui a traditionnellement été considérée comme la “période des migrations” ou “l’âge sombre”. Mais les historiens modernes préfèrent ne pas utiliser cette dénomination pour éviter les stéréotypes associés à cette nomenclature, car la réalité montre des sociétés plus complexes que la pensée.

Organisation de la production agricole au Haut Moyen Âge (IXe-Xe siècles)

D’après les études historiques qui ont été menées jusqu’à présent, on ne sait pas très bien comment la production agricole était organisée dans les sociétés européennes pré-féodales. C’est une conséquence, d’une part, du manque de documentation de cette période qui se réfère aux événements quotidiens de la vie des agriculteurs, mais c’est aussi dû au peu d’intérêt que cette question a suscité chez les historiens. L’historiographie classique s’est davantage intéressée à l’étude de l’organisation du pouvoir (histoire des classes dominantes).

Le principal problème pour les historiens lorsqu’ils doivent traiter des événements de ces siècles est que les paysans n’ont jamais su écrire ni lire. Ils ont transmis leur savoir par la pratique et l’oralité, de génération en génération. Mais ils ne nous ont laissé aucun témoignage écrit.

Néanmoins, l’activité agricole exercée par les paysans était à la base de l’économie des sociétés du haut Moyen Âge. Sans leur travail, le système ne fonctionnerait pas. Et ils étaient les seuls obligés de payer des impôts.

Gestion des cultures

L’une des gestions agricoles les plus importantes que l’agriculteur devait effectuer était la distinction entre les terres cultivées et non cultivées. La base principale de la production agricole était de savoir maintenir les proportions entre les deux parties (terres cultivées et non cultivées). L’historien Massimo Montanari a écrit un livre sur l’importance de la jachère (zones non cultivées) pendant la période en question.

L’agriculture médiévale peut être décrite comme la conquête continue et la transformation de zones non cultivées en zones cultivées. Ce processus atteindra la seconde moitié du XXe siècle. Toute cette longueur de l’histoire européenne repose sur un processus continu de colonisation de nouvelles zones arables, car c’était la seule voie possible pour augmenter la productivité agricole.

La runcatio consistait à transformer une zone de forêt en une zone de culture. L’intérêt s’est toujours manifesté pour la préservation de l’existence des zones non cultivées. Ces runcatios faisaient partie d’un processus très étendu qui n’a abouti qu’au XXe siècle.

société féodale
Miniature de la fin du XIIIe siècle, représentant une société déjà féodale

Que s’est-il passé pendant le Haut Moyen Âge, avant la Révolution féodale du Xe siècle, en Europe ?

Avant la Révolution féodale, il y avait une grande prédominance des illettrés sur le culte dans les pratiques paysannes. Et qu’est-ce qui a été obtenu de l’inculte (les forêts) ? le carburant

C’était une pratique agricole itinérante, une pratique très courante et très fréquente. Il consistait à créer une clairière dans la forêt, couper et brûler, semer, récolter, ressemer et re-récolter. Ensuite, le même processus a été effectué dans un autre espace. Ce déplacement des zones de travail n’impliquait pas que les groupes humains aient changé de résidence.

Caractéristiques techniques des pratiques agricoles pré-féodales

  • Généralisation des espaces fixes, ce qui a provoqué un changement important dans l’agriculture itinérante.
  • Agriculture à bas prix. Il ne nécessitait pas l’utilisation de bétail de travail.
  • Le champ ne devait pas être labouré. Il n’a pas fallu restaurer la fertilité.
  • Il n’y avait pas de séparation entre le culte et les incultes.
  • La gestion des zones alluviales prédominait. Processus de colonisation continue sur des zones de cultures fixes.
bestiaire
Le bétail sera utilisé plus tard

À partir du Xe siècle, des cultures sont plantées sur le même terrain, pour éviter les problèmes de fertilité, et pour profiter de certaines avancées techniques telles que :

  • Zone de culture fixe avec irrigation fluviale. L’espace devait être divisé en deux : cultivé et non cultivé. Dans un espace, la jachère était pratiquée (laissant une partie de la terre en friche). Solution : laisser un côté en friche, pour restaurer la fertilité. Le bétail était amené paître dans les zones semées en jachère, pour apporter de l’énergie à la terre, ainsi un transfert d’énergie s’est produit.
  • Schéma de rotation en trois parties. Ce système était associé à des systèmes agricoles avec une présence importante de bétail. Elle s’est généralisée entre le XIIe et le XIIIe siècle.

Le calendrier agricole pré-féodal

  • Janvier et février, un monsieur se réchauffe au coin du feu ;
  • Mars, taille de la vigne ;
  • Avril et mai, labours (jachères) ;
  • Juin, moissonnez avec la faux ;
  • Juillet, récoltez ;
  • Août, battre ;
  • Septembre, vendanges ;
  • Octobre, ramassez les glands pour que les cochons les mangent ;
  • Novembre, abattage de porcs ;
  • Décembre, nourriture
La moisson du blé
La moisson du blé

Ces calendriers étaient courants dans toute l’Europe. Les scènes font référence à une gamme très limitée de produits. Ces cultures n’ont pas trop varié au cours des siècles médiévaux, résultat d’une pratique spécialisée. Aussi parce que le système féodal lui-même, avec l’intervention du seigneur, rendait les pratiques agricoles très réglementées sur ce qui pouvait ou ne pouvait pas être cultivé et sur la manière dont la culture était organisée.